Publications du mot-clé : Nationalité

Initiative "Une vie ici, une voix ici …" Naturalisations - Diversion

Une version de cet article a été sounise au Courrier le 3 juin 2024, dans le but de contribuer à mobiliser la fraction du public genevois habilitée à voter sur le canton à approuver l’initiative “Une vie ici, une voix ici … renforçons nnotre démocratie”.  Il est consacré pour l’essentiel à convaincre de l’inanité qu’il y a à compter sur le processus de naturalisation pour obtenir le minimum de justice démocratique que l’initative vise à octroyer une bonne fois aux résidents du canton sans la caution du passeport. La seule condition supplémentaire requise des étrangers est d’être titulaire d’un permis de séjour légal depuis 8 ans, que nous considérons certes excessive pour se familiariser avec les moeurs électorales du pays, mais que les initiants ont alignée sur la durée en vigueur pour le droit de vote communal pour focaliser sur l’essentiel, ouvrir à l’expression du vote et de la candidature au niveau du canton. L’ajustement de la durée requise du séjour, largement arbitraire et éminemment variable selon les individus, devrait être possible expérience faite sans déclencher les résistances à l’oeuvre sur l’avancée de principe. 

L’activité fébrile déployée depuis l’envoi des bulletins ne nous a pas permis une rédaction anticipée du présent article. Comme la campagne est déjà largement entamée et que le délai indiqué de parution nous mène au mieux à l’avant-veille du scrutin, le Courrier nous excusera de prendre les devants en livrant nos arguments sans attendre à notre réseau par le biais de ce site Web, permettant à celui de la campagne, et aux volontaires, de déjà les diffuser par citation. Nous remercions le journal pour l’avoir publié dès le jeudi 6 juin (cf sous https://bit.ly/3x1He51). Lire la suite

Commentaires fermés sur Initiative "Une vie ici, une voix ici …" Naturalisations - Diversion

Classé dans Argumentaire, Article, Campagne, Contribution, Initiative populaire, Opinion, Publication

Campagne de votation du 9 juin Le PLR victime du blocage des urnes

Ce papier a valeur rétrospective, car sa soumission le 27 mai à la Tribune de Genève n’a pas eu le gré escompté de la rédaction pour parution avant le 9 juin. Sur notre site, explicité pour la circonstance, il servira simplement de témoin pour l’avenir quant à l’attitude de ce parti sur les droits politiques des étrangers. Le PLR genevois y est décrit, en « PLR ou le Pari de La Régression », victime d’une hémiplégie où les urnes jouent le rôle des lobes du cerveau privés de communication: à gauche les urnes pour les non pourvus de passeport ou le vote compte pour beurre, à droite celles des citoyens suisses où on le prendrait en compte. 

« PLR ou le Pari de La Régression »

Le PLR, mis à part deux magistrates pionnières en rupture de collégialité[1], n’a guère brillé par l’affichage de sa consigne de vote sur l’initiative Vievoixici. Il a laissé à ses prétendus adversaires MCG et UDC le soin d’exprimer une position calquée sans ambigüité sur la leur, régressive à souhait.

La débilité de l’argument du site pour lecteur pressé surprend. Alors que Genève surpasse les cantons en population étrangère et vocation internationale, le PLR se satisfait de rester en queue romande. Aux fortunés et expatriés d’apprécier l’ostracisme ! Participer aux affaires cantonales serait réservé aux résidents assez « intégrés » pour obtenir le passeport doigts dans le nez. Les 41.6% qui ne l’ont pas fait, dont ceux qui devraient renoncer à leur nationalité d’origine[2], n’ont qu’à bien se tenir !

La version diluée dans le « Nouveau Genevois » (sans rire) par M. Pasquier[3] ne dit rien d’autre. La déchéance libérale saute aux yeux dans la présentation mensongère sur Facebook de devoirs requis au plan cantonal de tous les résidents.

Ce schéma est doublement mensonger. Dans sa moitié supérieure, l’urne de droite approuve les voix des suisses alors que la gauche rejette celles des étrangers. C’est évidemment, première omission, la situation de fait pour le scrutin du 9 juin, mais occulte que depuis 2005 cela ne s’applique pas aux scrutins municipaux. Mais il omet plus gravement de présenter ce qui est en jeu le 9 juin, qui est de lever la barrière en question à l’avenir, auquel s’opppose le vigoureux NON de la moitié inférieure de l’affichette.

Le mensonge est encore plus flagrant dans cette partie inférieure, puisqu’il est notoire que l’initiative 189 ne contrevient en rien aux obligations des étrangers auxquels elle confère les droits qui leur sont aujourd’hui refusés, mais précise les devoirs additionnels, par rapport aux suisses, auxquelles elle entend les soumettre, à savoir une durée de 8 ans de séjour dans le pays. Cette condition, qui à elle seule, réduit de plus de 10% la proportion de la population étrangère concernée (passant de 41% à 30%) est passée sous silence. Enfin, il est occulté que les droits accordés à  qui remplilt ces contraintes de séjour ne s’appliquent pas uniformément à tous les types de scrutins, mais uniquement aux scrutins municipaux et cantonaux, ceux portant sur l’ensemble du pays restant l’apanage du passeport suisse. Bref, le PLR ment sur ce qu’il a accepté à propos des communes du canton, ne montre pas ce qu’il rejette dans l’initative et ment de surcroît sur les raisons de son rejet.   

Aux mensonges dénoncés s’ajoute de surcroît une incohérence. Le schéma utilisé dans la propagande du parti ne serait en effet cohérent que s’il reprenait la fanfaronnade éhontée UDC[4] de revenir sur l’acquis du vote populaire de 2005, où nos compatriotes avaient accordé aux adultes dès 8 ans de séjour le droit de vote communal. Voilà qui achève de montrer que le libéralisme du parti fait fi des droits politiques pour s’arrêter aux prérogatives fiscales réservées aux banquiers et autres fortunes attirées à Genève. Aux Genevois d’aujourd’hui de finir le travail !

Voter OUI le 9 juin, c’est rompre avec une version déshonorante d’une droite ennemie de la démocratie genevoise, qui Plombe La République.

Dario CIPRUT, président honoraire DPGE, 27 mai 2024

[1] Voir la Tribune de Genève du 27-28 avr

[2] A titre d’exemple Pays-Bas, Belgique, Autriche, Russie, Ukraine, Japon, Chine et quelques autres allant des USA à … l’Azerbaïdjan, rejettent la binationalité. Italie et Allemagne Italie ont abandonné cet interdit resp. en 1992 et 2014. Des exceptions sont souvent tolérées selon la naissance et la filiation.

[3] M. Pasquier cumule députation au GC et CA d’Ônex.

[4] Yves Nidegger, en plénum du 22 juin 2023 du GC, promit de revenir sur ce vote dès le lendemain du nouveau scrutin.

Commentaires fermés sur Campagne de votation du 9 juin Le PLR victime du blocage des urnes

Classé dans Argumentaire, Campagne, Contribution, Opinion, Votation

Une salve bienvenue de Pascal Holenweg

Il faut saluer l’excellent article que vient de publier Pascal Holenweg sur son blog.

A l’orée du vote au Grand Conseil, ce conseiller municipal bien connu, orfèvre en son genre, rompt des lances avec la plupart des arguments que les adversaires des extensions brandissent1Des lecteurs attentifs d’une première version ont fait remarquer à l’auteur, qui devrait les avoir rectifiées depuis, que le canton de Neuchâtel avait introduit le droit de vote cantonal après celui du Jura , et que Vaud  n’accordait pas ce dernier, mais comme Fribourg uniquement l’éligibilité communale. Don’t act. On aurait pu aussi pointer que les conditions d’obtention, en années ou permis de séjour, différaient dans chacun d’entre eux.

Le principal d’entre ces arguments, c’est évidemment celui de l’UDC, qui (avec le MCG,  dans une mesure édulcorée sur le droit de vote, et une fraction de partisans de la nation une et indivisible à la française) n’ont que le mot “naturalisation” à la bouche et en font la condition sine qua non de tout niveau de citoyenneté. L’hypocrisie de la plupart de ces ratiocineurs tient au fait qu’ils ne s’emploient à Berne qu’à durcir cette condition sur le plan fédéral, les sincères s’aveuglant quant à eux sur les possibilités qu’ouvre aux cantons la constitution fédérale.

Merci à Pascal Holenweg de cette tonitruante entrée en matière. 

Notes

  • 1
    Des lecteurs attentifs d’une première version ont fait remarquer à l’auteur, qui devrait les avoir rectifiées depuis, que le canton de Neuchâtel avait introduit le droit de vote cantonal après celui du Jura , et que Vaud  n’accordait pas ce dernier, mais comme Fribourg uniquement l’éligibilité communale. Don’t act. On aurait pu aussi pointer que les conditions d’obtention, en années ou permis de séjour, différaient dans chacun d’entre eux.

Commentaires fermés sur Une salve bienvenue de Pascal Holenweg

Classé dans Argumentaire, Article, Opinion, Prise de position, Publication, Votation

Votation naturalisation facilitée 3ème génération – Communiqué DPGE

DPGE se prononce sur la votation du 12 février

Le 12 février prochain, les électeurs suisses se prononceront au sujet de la naturalisation facilitée des étrangers de la troisième génération.

Il est déjà en soi aberrant que nous en soyons encore, en 2017, à débattre de ce qui devrait relever de l’évidence même : non seulement les personnes nées en Suisse de parents eux-mêmes nés en Suisse ne devraient pas être désignées par l’appellation ridicule d’« étranger-ère de troisième génération » : mais il est particulièrement absurde de leur demander de prouver qu’elles sont « intégrées ». Lire la suite

Commentaires fermés sur Votation naturalisation facilitée 3ème génération – Communiqué DPGE

Classé dans Argumentaire, Communiqué, Contribution, Prise de position, Votation